Journal des Lycées > L'actualité des lycées > Loire-Atlantique > Renasup > Les articles > La Joliverie, labo pour la planète

La Joliverie, labo pour la planète

Greta Thunberg a protesté seule devant le Parlement suédois pour dénoncer l’inaction des politiques face à l’urgence climatique. Les élèves de La Joliverie agissent.
Microjoule 5 avec les étudiants de BTS MCI et son partenaire GRT gaz. (Crédit photo : La Joliverie)
Au lycée la Joliverie, des jeunes ont pris le parti de se faire acteurs du changement en faisant de leur école un laboratoire d’où sortiront les solutions concrètes aux enjeux environnementaux et sociaux. Ils proposent des innovations techniques qui répondent aux préoccupations actuelles notamment celles liées à la mobilité et au logement.
Pour les étudiants du BTS Bâtiment, la question de l’environnement est au cœur de leur formation : de l’orientation de l’édifice pour optimiser l’éclairage solaire, à l’étude des matériaux, au tri des déchets sur les chantiers, chaque étape de la construction oblige à placer l’énergie comme paramètre impérieux.
Démontrer que la maîtrise de l’énergie dans toute sa diversité est une nécessité absolue et réalisable est aussi le pari des jeunes impliqués dans la problématique de la mobilité. Ils font de leurs salles de classe, ateliers ou pistes de compétition, leur laboratoires de recherche et développement.
Ainsi, les terminales « énergie » habitués à concourir à la Chartres Solar Cup sont rejoints aujourd’hui par d’autres élèves de STI 2D SIN et ITEC (Système d’Information Numérique et Innovation Technologique et Eco-Conception) et ensemble ils conjuguent leur esprit d’innovation afin d’inscrire cette fois leur vélo solaire dans la catégorie « prototype ». On assiste à une émulation qui conduit les lycéens à prendre pleinement en charge les solutions pour un déplacement « doux » et durable pour des trajets citadins.
Cette préoccupation est aussi celle de l’équipe de BTS MCI qui, depuis plus de trente ans et cette année encore avec un nouveau record mondial, prouve que la conversion de la motorisation est en route.
Toutes ces activités qui relient les étudiants sensibles à la cause environnementale ne sont pas de simples ateliers découvertes mais de véritables projets dont les évaluations comptent pour l’examen. Elles forment les futurs professionnels engagés dans le développement, donnent du sens à leur formation et les rendent acteurs du changement d’attitude qui sauvera la planète.Anne BOMBRELa joliverie.
Suivez-nous
Recevez la Newsletter
Connexion à l'intranet

N'utilisez pas cette fonctionnalité si vous utilisez des postes partagés

 
Mot de passe oublié
Mot de passe oublié