Une courte nouvelle sur la rentrée

La rentrée marque la fin des vacances et la reprise du travail. Souvent synonyme de stress, cette journée peut néanmoins être agréable. Nouvelle...
Il est encore tôt. Je gesticule dans le noir en tentant désespérément d'atteindre mon téléphone. L'alarme retentissait depuis deux bonnes minutes, je l'éteins, me lève, m'habille tout en émergent lentement. J'ai eu beaucoup de mal à m'endormir hier soir, j'étais beaucoup trop stressée, pourtant ce n’est pas ma première rentrée. Je ne sais pas pourquoi, cette fois ci j'avais la pression, je ne me sentais vraiment pas bien. Je mange, je me brosse les dents, j'attrape mon sac et me dirige vers mon arrêt de bus. Plus j'approche du lycée, plus j'appréhende le reste de la journée.

Je sors du bus, me dirige vers l'entrée. Je regarde attentivement les gens qui m'entourent, beaucoup ont l'air déjà de se connaître, alors que moi je ne reconnais personne… Je suis le mouvement et me retrouve dans un grand amphithéâtre neuf. Je ne me sens pas bien. Le stress monte. Quelques personnes qui semblent toutes aussi perdues que moi s'assoient à mes côtés. Je n'ose pas leur adresser la parole. Certains groupes parlent fort tandis que moi, je me contente d'écouter et d'observer.

Le directeur prend la parole. On a le droit au discours de bienvenue, très similaire aux discours du collège. Au bout de 7 minutes j'ai décroché, je me contente de fixer les diapositives qui défilaient devant mes yeux.
Je vois mon nom affiché sur une liste, je me lève tout comme une vingtaine de personnes. Nous nous mettons à suivre une femme, petite, les cheveux tirés, le visage inexpressif et la voix monotone. Il semblerait que ce soit notre professeure principale… Génial.
En arrivant devant la salle, elle nous appelle par ordre alphabétique pour nous placer. Je me retrouve au milieu, à côté d’une fenêtre. Franchement cette place ne me déplaît pas, je suis même assez satisfaite pour une fois que je ne me retrouve pas au milieu, dans le “No man's land”. Quelqu'un s'assoit à côté de moi, un garçon. Je ne prête pas plus attention à lui et me contente de suivre le règlement dicté par cette voix monotone.

La pause sonne. La personne qui était assise à côté de moi, m'adresse la parole. Nous faisons plus ample connaissance. Puis nous sommes vite rejoints par trois autres personnes.
Quelques minutes plus tard, nous regagnons la classe et nous nous installons à nos places. On a le droit au défilé habituel des professeurs et à leurs présentations. On aurait dit un concours : Qui sera le plus sympa ? Le plus sévère ? Les mystères sont de mise..
Après ce magnifique carnaval de présentation nous avons mangé, puis commencé les choses sérieuses. Pour notre premier cours de l'année, nous ne sommes pas dans la même salle que ce matin. Nous cherchons désespérément notre chemin, plan en main comme des touristes. Je dois avouer que c'est assez drôle à voir.

Finalement cette journée ne s'est pas si mal passée. J'avais beaucoup d'appréhension. C'était assez futile de paniquer pour si peu, chaque année c’est pareil. Pourtant, ce n'est qu’une simple journée dans une année.
Jeanne LEHURT
Suivez-nous
Recevez la Newsletter
Connexion à l'intranet