Journal des Lycées > L'actualité des lycées > Loire-Atlantique > Lycée Notre Dame d'Espérance > Les articles > Un élève de NDE : finaliste au concours des plaidoiries des lycéens !

Un élève de NDE : finaliste au concours des plaidoiries des lycéens !

Vendredi 19 mars, au mémorial de Caen, s’est tenue la 24e édition du concours des plaidoiries des lycéens. Les participants avaient 8 minutes pour plaider, convaincre, dénoncer un cas d’atteinte aux droits humains. Erwann Morice, un élève de notre lycée, a été parmi les 14 finalistes. Interview.
Erwann Morice pendant sa plaidoirie. (Crédit photo : Youtube)
Erwann, félicitations pour ta place honorable dans ce concours. En quelques mots, dis-nous les spécialités que tu étudies, tes passions, tes projets pour le futur...
Je suis en Terminale 5 au lycée Notre Dame d’Espérance. En première, je suivais les spécialités Mathématiques, Physique-Chimie et Science de l’ingénieur. Cette année, je suis les spécialités Mathématiques et Physique-Chimie et j’ai également pris l’option droit.
L’année prochaine, j’aimerais intégrer Sciences Po, et, si je n’y parviens pas j’aimerais pouvoir faire une faculté de droit. J’aurais bien aimé changer mes spécialités entre la première et la terminale, mais c’était impossible car des épreuves de bac étaient déjà passées.
Si j’avais pu, j’aurais aimé prendre Histoire-Géographie-Géopolitique et Sciences politiques.
Qu’est-ce qui t’a donné envie de participer à ce concours et qu’est-ce qui t’attire dans la plaidoirie ?
En début d’année, notre professeure d’option droit, Mme Billy, nous a parlé de ce concours et cela m’a plu. Donc, je me suis dit pourquoi ne pas y participer. Je n'avais rien à perdre, alors je me suis lancé dans ce projet.
Comment as-tu fait pour te qualifier, comment es-tu arrivé aussi loin ?
Dans un premier temps, j’ai réalisé une vidéo d’une minute qui a été analysée par un jury. Suite à cette vidéo, j’ai été sélectionné pour les phases régionales où je devais réaliser une nouvelle vidéo de huit minutes. J’ai à nouveau été retenu et j’ai donc eu une place pour la grande finale à Caen qui a duré tout un week-end.
Le thème de ta plaidoirie est “les droits de l’Homme en Russie”, pourquoi avoir choisi ce thème ?
Oui, c’est un sujet qui me touche et c’est surtout un sujet d’actualité dont on parle souvent dans les médias. Les gens voient souvent une simple affaire politique dans ce qui se passe en ce moment en Russie. Ils ne comprennent pas que ça va bien au-delà de la politique et que cette affaire touche également les droits de l’Homme. Je voulais le montrer aux gens.
Pendant ton discours, tu cites des articles provenant de nombreux documents, comme la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, par exemple, ceci a dû nécessiter un temps de préparation important...
La première vidéo fût rapide à écrire car elle était très courte. Mais, en effet, pour la plaidoirie, les recherches ont été très longues, il y a un gros travail derrière tout ça. Je pense avoir mis environ huit heures pour rédiger mon texte.
Une fois sur la scène, même s'il n’y avait pas un public aussi conséquent que lors des éditions précédentes à cause de la situations sanitaire, comment as- tu fait pour gérer ton trac ?
J’étais très stressé avant de monter sur scène, mais on a été rassuré par la présentatrice du concours.
Ensuite, une fois lancé dans ma plaidoirie, ça coulait tout seul. Je ne ressentais pas vraiment de stress. Juste lorsque je faisais des gestes avec mes mains, je les sentais trembler !
Maintenant, avec du recul, est-ce que tu penses savoir ce qui t’a manqué pour décrocher la victoire ?
Avec du recul, je pense que j’ai peut-être un peu manqué de conviction dans ma plaidoirie. Et je pense aussi que j’aurais dû plus me poser, aller moins vite car, lors de mon passage, j’avais l’impression d’avoir été super rapide.
Nathan ARNOULT. T1
Suivez-nous
Recevez la Newsletter
Connexion à l'intranet

N'utilisez pas cette fonctionnalité si vous utilisez des postes partagés

 
Mot de passe oublié
Mot de passe oublié