Journal des Lycées > L'actualité des lycées > Seine-Maritime > Lycée Jean XXIII > Les articles > Androgynie, Transidentité, Agenrisme, ... Quand le corps ne correspond pas au genre.

Androgynie, Transidentité, Agenrisme, ... Quand le corps ne correspond pas au genre.

La question de l'identité de genre, bien que de plus en plus abordée de nos jours, reste encore largement floue. Rencontre avec Thais et Nathandre afin d'en parler.
Qui es-tu ?
T  : Je me fais appeler Thais. Je suis androgyne, c'est-à-dire que, psychologiquement, je ne suis ni un homme, ni une femme.
N  : Je me fais appeler Nathandre. Je suis un garçon transgenre (transgenre ftm), c'est-à-dire que je suis un garçon vivant emprisonné dans le corps d'une fille.
Quand et comment as-tu compris que tu n'étais pas cisgenre¹ ?
T : C'est difficile à dater, d'une part parce que je m'en suis rendu compte progressivement, d'autre part parce qu'inconsciemment je ne me suis jamais vraiment considéré·e comme étant cisgenre. Je dirais que j'ai commencé à m'en rendre compte vers la fin du collège.
N : Je l'ai, d'une certaine façon, toujours su au plus profond de moi. Inconsciemment, je me genrais au masculin et, un jour, on me l'a fait remarquer. J'ai alors réfléchi à cela, jusqu'à trouver une réponse à la question « Qui je suis vraiment ?  » qui me poursuivait depuis des années.
Est-ce que le fait de ne pas être cisgenre te fait rencontrer des difficultés sociales ?
T  : J'ai toujours du mal à parler tout en faisant attention à ne pas me genrer. Quand il s'agit de relation avec d'autres, ça dépend du lien que j'ai avec la personne en face de moi et de la durée depuis laquelle je la connais et côtoie. Ainsi, même si j'ai immanquablement la question «  Tu es un homme ou une femme ?  » - qui me mets mal à l'aise - face à un inconnu, c'est plus facile pour moi que face à des amis de longue date qui connaissent mon deadname², étant donné qu'ils auront tendance à me parler comme si j'étais cisgenre. C'est aussi difficile avec mes parents, étant donné que, même s'ils comprennent, ils n'ont pas changé leur comportement vis à vis de moi. C'est d'une certaine façon rassurant de voir qu'à leurs yeux je reste la même personne, mais c'est également très frustrant pour moi. J'ai encore un mal être à ce propos avec le reste de ma famille, étant donné que je suis considéré·e comme étant cisgenre. N : En fonction des personnes en face de moi, ça va dépendre. Face à un inconnu avec qui le passing³ est bon, il n'y a pas vraiment de problème puisque je suis bien genré. Dans le cas contraire, même si ce sont des individus que je ne recroiserai probablement jamais, je suis obligé de leur expliquer qu'ils se trompent, ce qui est compliqué. De plus, avec des amis connaissant mon deadname et m'ayant connu en temps qu'individu cisgenre, il y a deux problèmes aux quels j'ai dû faire face :- La transphobie- L'incompréhension de ceux qui ne voient pas pourquoi on veut "devenir" l'autre sexe.Sauf qu'il n'est pas question de "devenir" l'autre sexe, mais de s'attribuer le bon corps.
Avec mes parents, c'est compliqué parce que, quand je leur ai dis, ils ne l'ont pas pris au sérieux. Pour eux c'est "juste une phase" parce que je ne crois pas en ma féminité, il m'arrive même de me faire reprendre par mon père parce que je me genre au masculin, et c'est douloureux. Je suis donc dans une situation compliquée, je dois leur montrer qu'il ne s'agit pas "juste d'une phase". Avec le reste de ma famille, c'est encore plus compliqué, parce que tout le monde ne possède pas la même tolérance et je suis souvent obligé de leur parler en utilisant mon genre de naissance et c'est très douloureux, parce que je ne peux pas vraiment être moi en face d'eux. Dans ce genre de situation, il m'arrive même de parler inconsciemment au masculin.
Quelles difficultés psychologiques rencontres-tu ?
T : Même si je n'ai pas eu de problème par rapport à l'acceptation de soi avec mon androgynie, du fait que je ne me sois jamais considéré·e comme étant cisgenre, cela m'a permis de mieux me comprendre. Cependant, cette androgynie est source de nombreux dilemmes psychologiques dans des situations qui peuvent sembler banales. Par exemple, lorsqu'on dissocie les deux sexes "binaires", que ce soit dans un questionnaire, pour les toilettes ou pour un cours, j'ai toujours un temps de réflexion parce que je n'arrive pas à me positionner. J'ai également beaucoup de problème avec mon deadname et mon prénom, parce que je suis en pleine phase de changement et que j'ai du mal à rejeter mon deadname -car, même s'il ne me représente pas, cela me donne l'impression de rejeter une part de moi-même.
N : Ne serait-ce que pour l'acceptation de soi, l'écart en mon genre et mon corps me pèse en permanence et me fait regretter d'être qui je suis. Ainsi, s'accepter est vraiment compliqué. De plus, à chaque fois que je dois me genrer selon mon genre de naissance ou que je suis mal genré, c'est comme un coup de poignard en plein cœur. Pour mon prénom, je n'utilise pas mon deadname, je suis Nathandre.
As-tu des problèmes pour accepter ton corps ?
T : Sans aller jusqu'à le détester, je n'aime pas mon corps, en particulier quand je me déshabille. Cependant, même si je ne ressens pas de profond malaise vis à vis de mon corps, étant donné qu'il n'est pas à l'opposé totale de mon genre - sans pour autant correspondre parfaitement au vrai moi -, je suis dans une quasi impossibilité de faire correspondre totalement mon corps à mon genre, tout comme je suis dans l'impossibilité de faire apparaître mon genre dans l'administratif.
N : Alors là ... C'est une des seules choses que je suis incapable de faire. Je déteste mon corps et tout ce qu'il comporte de féminin. Je rêve du jour où je pourrais enfin faire de mon corps un corps masculin.

¹Cisgenre  : Qualifie une personne dont l'identité de genre est identique au genre déterminé par son sexe biologique.
²Deadname   : Prénom de naissance des individus de genres variants.
³Passing  : Genre attribué à une personne par simple vision de cette personne.
⁴Transphobie   : Discrimination envers les individus transgenres. Il s'agit d'une forme de discrimination résultant du gendérisme.
⁵Gendérisme   : Ou Genrisme. Idée selon laquelle les genres seraient binaires et déterminés uniquement par le sexe biologique de l'individu.

Propos recueillis par Elsa Hamon auprès de Thais et de Nathandre.Elsa HAMON. Première S1
Suivez-nous
Recevez la Newsletter
Connexion à l'intranet

N'utilisez pas cette fonctionnalité si vous utilisez des postes partagés

 
Mot de passe oublié
Mot de passe oublié