Des robots au service de la médecine

Robot chirurgien Da Vinci (Crédit photo : controcorrenteblog)
De nos jours, de nouvelles innovations apparaissent comme les robots médecins spécialisés en chirurgie créés en France ou à l'international.

Le 8 décembre 2020, la société Robocath, localisée à Rouen, a accompli une prouesse technologique. En effet, cette société a développé le robot R-One qui permet le traitement des AVC et des infarctus. C'est la première cause de mortalité dans le monde qui s'explique en partie par la mort due au temps de transport vers un centre spécialisé. Ce robot pourrait éviter de nombreux décès avec sa possibilité d'effectuer des opérations à distance.
La première opération a été réalisée sur un cœur de cochon, le plus proche de celui de l'homme. Le médecin se situait à Caen et le robot à Rouen, c'est-à-dire à 120 km d'écart. L'opération a été réussie. Les chirurgiens ont réalisé une angioplastie coronaire qui consiste à déboucher des artères et des vaisseaux sanguins du cœur. Cette opération est pratiquée toutes les 30 secondes dans le monde. Mais, en Europe, 40 % de la population n'a pas accès à une angioplastie coronaire avec comme principale raison le transport vers un centre spécialisé.
Le robot R-One permet également plus de précision et une meilleure protection pour les cardiologues car les rayons X qu'ils reçoivent durant ce genre d'interventions augmentent leur risque de cancers. Le nombre de cancers est multiplié par 8 chez les cardiologues. La plateforme d'assistance robotique R-One a reçu en février 2019 le marquage CE, ce qui indique qu'elle est aux normes de l'union européenne.
Ce robot est installé au Medical training center au CHU de Rouen. Cet espace a pour objectif de tester les nouvelles technologiques. La Métropole de Rouen a soutenu à hauteur de 300 000 € l'achat de cet outil technologique. La région de Normandie a financé 1,8 million d'euros afin d'aider au développement de la société Robocath qui aura mis dix ans pour voir aboutir ce projet.
Le robot Da Vinci,
un robot international
Le robot Da Vinci est né aux États-Unis dans les années 1980. Il a été développé par l'ancien institut de recherche de Stanford et financé par les Instituts nationaux de santé ainsi que par l'agence de R&D de l'armée américaine. Le robot devait rendre possible les opérations à distance sur les champs de bataille. Le projet n'a pas abouti par faute de moyens. Après plusieurs années les ingénieurs du MIT, l'institut de technologies du Massachusetts, se sont procuré les brevets. C'est alors que l'entreprise Intuitive Surgical est fondée à Sunnyvale, au coeur de la Silicon Valley, en 1995.
Une opération de la prostate en 1999 Le robot Da Vinci est le premier robot de chirurgie assisté à voir le jour. Il réalise sa première opération, une ablation de la prostate, en Allemagne en 1999. Une vingtaine d'années plus tard, le nombre d'interventions effectuées est à cinq millions. On peut compter cinq générations de robots dont la dernière qui a été mise sur le marché récemment aux États-Unis. A l'origine, seules les opérations de la prostate et du rein étaient pratiquées. Aujourd'hui, on compte aussi les opérations d'urologie, de gynécologie et de chirurgie cardiothoracique. On peut comptabiliser environ 4500 robots dans le monde dont 125 en France. L'Hexagone est donc le troisième marché de Da Vinci derrière les États-Unis et le Japon. Intuitive Surgical détient 2750 brevets ce qui lui donne un avantage sur ses concurrents. Dans le monde 44 000 médecins sont formés à son utilisation, pendant seulement quelques semaines. Cette année, une estimation prévoyait qu'une intervention chirurgicale sur trois serait réalisée par des robots assistés aux États-Unis.
Un coût très élevé, mais... Le coût d'un robot Da Vinci avec les logiciels et la plateforme associés s'élève entre 750 000 € et 1,85 millions d'euros selon les modèles. A ce prix, s'ajoute le coût de maintenance entre 120 000 € et 150 000 € par an. De plus, le montant d'une opération s'élève à 2 000 €. Le coût du robot constitue un des rares inconvénients du système. On trouve aussi le manque de sensation tactile pour le chirurgien lorsque les pinces touchent un organe, mais un changement à ce propos est prévu à l'avenir.
Cette innovation présente de nombreux avantages. En effet, le chirurgien bénéficie d'une meilleure précision grâce à une caméra 3D similaire à la réalité. Les articulations du robot sont comme les extensions de ses bras et filtrent les tremblements. Le chirurgien est moins fatigué, il a un meilleur confort grâce à une position assise. Le robot permet d'opérer à distance et d'effectuer des opérations complexes. Il possède un système de sécurité en cas de panne. La durée d'hospitalisation, les complications post-opératoires et les douleurs pour le patient sont réduites.
Chloé BOSCHAT.S3 Alice DELEQUE. S1
Suivez-nous
Recevez la Newsletter
Connexion à l'intranet

N'utilisez pas cette fonctionnalité si vous utilisez des postes partagés

 
Mot de passe oublié
Mot de passe oublié