Journal des Lycées > L'actualité des lycées > Seine-Maritime > Lycée Jean XXIII > Les articles > Enfance en danger : une situation à dénoncer

Enfance en danger : une situation à dénoncer

Le viol sur mineurs est une affaire toujours d'actualité mais rarement dans les actualités.
Victimes (Crédit photo : Jeanne Martin inspirée de l'oeuvre de mohamed Elkho-Le360)
Comme le disait Jean-Marie Bockel, secrétaire d'État à la justice, en 2010 : «  [L'inceste] transforme un processus de construction de la personnalité en processus de destruction de l'individu. »
Histoire Énième confinement en approche… Quand cela cessera-t-il ? Enfermer à la maison depuis des mois avec sa famille, il ne tient plus. Son beau-père est avec lui tous les jours, tous les soirs…
Ce jeune garçon n’est plus le même depuis que sa mère a retrouvé quelqu’un. Elle pensait à une crise d’adolescence mais c’est bien pire.
Les regards insistants ont commencé dès le premier soir et les gestes ont vite suivi.
Les « Chut », « Fais-moi confiance », « T’es beau » résonnent à présent dans la tête du jeune garçon et résonneront toujours. Il s’est d’abord accusé lui-même. Mais, quand il en a parlé à sa mère, elle a nié l’évidence. « Il ment », « C’est impossible ! », « Quel délire ».
Alors tout s’éteint, sa mère le traite de fou et son beau-père, ce soir, va recommencer. Ses cauchemars, quant à eux, ne feront qu’empirer car, pendant ce nouveau confinement, il n’y aura aucune échappatoire.
Réalité pas si éloignée Sans aide, les enfants se perdent. Leurs droits ne leur sont pas assez expliqués. Pourtant une loi visant à lutter contre l’inceste a été promulguée le 8 février 2010. Celle-ci visait à renforcer l’accès à l’information sur les violences, incestes et viols sur mineurs dans les écoles, collèges et lycées ainsi que par le biais de la télévision ou internet. Enfin cette loi donnait la possibilité aux associations d’être partie civile lors d’un procès.
D’un point de vue pénal, le coupable risque de 2 à 5 ans de prison et une amende de 75 000 euros. Néanmoins cette peine est encourue quand la victime est un ou une mineur(e) de moins de 15 ans. En effet, la justice est plus ambivalente quand il s’agit d’un ou une mineur(e) de plus de 15 ans car celui ou celle-ci est majeur(e) sexuellement. Mais est-ce normal de se poser cette question ? La loi est-elle juste à cet égard ?
Le 119 et d'autres voies Hélas 1 enfant sur 10 est, aujourd'hui encore, touché par ces violences, maltraitances et viols. Il faut en parler. Si vous êtes la victime ou le témoin, ne vous taisez pas, un petit appel au secours et tout le monde répondra. Le 119 est le numéro à appeler en cas de besoin. Ce numéro est celui d'un centre d’aide défendant les droits des enfants. De plus, de nombreuses associations existent pour venir en aide aux victimes. SOS INCESTE & VIOLENCES SEXUELLES, qui est joignable au 02.22.06.89.03, ou encore France VICTIMES. Cette association regroupe plus d’une centaine d’associations d’aides aux victimes, le numéro est gratuit et disponible 7jours sur 7, c’est le 116006. Alors appelez !
Jeanne Martin P2
Suivez-nous
Recevez la Newsletter
Connexion à l'intranet

N'utilisez pas cette fonctionnalité si vous utilisez des postes partagés

 
Mot de passe oublié
Mot de passe oublié