Journal des Lycées > L'actualité des lycées > Vendée > Lycée Saint-François-d'Assise > Les articles > La prépa Sciences Po : une clé pour réussir

La prépa Sciences Po : une clé pour réussir

Instaurée depuis cinq promotions, la formation propose aux élèves motivés la possibilité d'intégrer un enseignement supérieur pluridisciplinaire.
Clara Danieau, à gauche, et Stella Tanguy, élèves de la préparation. (Crédit photo : Colette Joulié)
La prépa Sciences politiques de Vendée du lycée Saint-François-d’Assise a été créée en 2014 en collaboration avec l’ICES. Ouverte à tous les élèves de terminale (ES, L et S), cette dernière offre des clés pour réussir à intégrer l’un des instituts d’étude politique (IEP), l’année du baccalauréat.
« Des méthodes de travail » Angèle Duret, ancienne élève du lycée qui a intégré la préparation, puis Sciences Po Paris, témoigne : « La prépa est un moyen pour réussir, mais pas la clé de la réussite : elle offre des méthodes de travail, des supports de cours. Toutefois, l’envie et la motivation m’ont aussi beaucoup aidée ».
La formation, d’environ 180 heures de cours, est répartie sur quatre semaines de vacances scolaires et quelques mercredis après-midi. Selon les promotions, entre 30 à 40 % des élèves de la prépa Sciences Po intègrent un IEP, contre une moyenne nationale qui vacille entre 10 et 20 % en fonction des instituts.
« Avec une certaine autonomie » Les élèves de la préparation sont suivis et accompagnés. C'est ce que confirme Sarah Tessier, élève au lycée Jean de Lattre-de-Tassigny à La Roche-sur-Yon. : «  Il est possible, à tout moment, de contacter un intervenant de la préparation pour nous aider.  On garde, néanmoins, une certaine autonomie sur notre travail  ». Angèle affirme également : « Les professeurs de la prépa nous encadrent, cela permet de rester motivé. Cela a été pour moi très important : j’avais besoin du cadre qu'offre la formation pour réussir ».
Plus efficaces en groupe La préparation rassemble des individus qui ont le même objectif, et les méthodes qu'ils acquièrent leurs sont utiles dans le supérieur. «  Les petites promotions nous apprennent à travailler en groupe pour être plus efficaces  » . Cela a été bénéfique pour Angèle : « J’ai eu l’opportunité de créer un binôme de travail avec quelqu’un qui a le même rythme que moi ». Cependant, il est nécessaire de trouver un équilibre entre son année de terminale et la formation. Angèle souligne : «  La quantité de travail est non négligeable. Cela a nécessi un investissement personnel essentiel  ». Cours ouvert le 3 avril En intégrant Sciences Po Paris, Angèle a pu se rendre compte qu’il y avait de nombreux étudiants qui venaient de province, comme elle. Ainsi, elle s'est engagée dans une association qui lutte contre l’auto-censure des lycéens : « Il est important de promouvoir l’égalité des chances ».
Avides de connaissances ou curieux, vous pouvez participer à un cours ouvert le 3 avril
, au lycée Saint-François-d’Assise.Colette JOULIÉ, terminale ES3.
Suivez-nous
Recevez la Newsletter
Connexion à l'intranet

N'utilisez pas cette fonctionnalité si vous utilisez des postes partagés

 
Mot de passe oublié
Mot de passe oublié