Journal des Lycées > Outils pédagogiques > L'information > Droit de l'information > Droit à l'image - Protection de la vie privée

Droit à l'image - Protection de la vie privée

Photographier ou filmer une personne, un groupe de personnes ou un lieu expose juridiquement l’auteur de la photo ou du film. Avant toute prise de vue, demandez une autorisation.

Le droit d'une personne sur son image est protégé. Toute personne, célèbre ou anonyme, peut s'opposer à l'utilisation de son image sans son autorisation. Sauf quelques rares exceptions. En cas de non-respect de ce principe, la personne peut obtenir réparation du préjudice subi auprès des tribunaux.

 

Respect de la vie privée

La santé, la vie sentimentale, familiale, le domicile, les revenus, les convictions religieuses, politiques, etc. constituent des éléments de la vie privée de toute personne. Reproduire ou diffuser une image (photographie ou vidéo) s'y rapportant doit respecter les principes issus du droit de la vie privée et du droit à l'image. Toute atteinte au droit à l'image constitue donc une violation de la vie privée. Le caractère privé ou public et le lieu de la situation donnent - ou non - le droit à chacun de s'opposer à la publication de ces informations personnelles.

 

Personnes majeures

Avant toute diffusion d'une image d'une personne dans un cadre privé, le diffuseur doit obtenir son accord écrit, en précisant à quelle date et à quel endroit elle a été réalisée. Cet accord est donné pour un usage précis (par exemple la publication dans un journal). Un nouvel accord doit être obtenu pour chaque rediffusion d'une image, dès lors que le but est différent de celui de la première diffusion. Attention ! Le consentement d'une personne à être photographiée est différent de son autorisation à diffuser l'image. Même si la photo a été prise dans un lieu public et si une personne apparaît de manière isolée et est reconnaissable, une autorisation de diffusion de l’image est nécessaire.

 

Personnes mineures

L'autorisation des parents (ou du responsable) d'un enfant mineur doit obligatoirement être obtenue par écrit. Il n'y a pas d'exception possible (même pour le journal et l'intranet de l'école). Pour un groupe d'enfants, l'autorisation écrite des parents de tous les enfants est obligatoire.

 

Personnes décédées

Les héritiers d'une personne décédée peuvent s'opposer à la diffusion de son image après son décès s'ils en éprouvent un préjudice personnel (par exemple, l'atteinte à la mémoire du défunt, le respect dû au mort, etc.).

 

Exceptions

Certaines images ne nécessitent pas d'autorisation des personnes photographiées. Il s'agit par exemple :

  • d'images d'événements d'actualité qui peuvent être publiées sans l'autorisation des participants (par exemple, une manifestation publique où la personne n'est pas reconnaissable) au nom du droit à l'information,
  • d'images de personnalités publiques dans l'exercice de leur fonction (par exemple, les hommes et femmes politiques) à condition de les utiliser à des fins d'information,
  • d'images illustrant un sujet historique...

 

Sanctions pénales

La victime du non-respect de son droit à l'image peut saisir la justice afin qu'elle prononce des sanctions pénales à l'encontre de l'auteur de la diffusion litigieuse. Elle dispose d'un délai de 3 ans à partir de la diffusion de l'image. Les sanctions pénales encourues sont les suivantes :

  • photographier ou filmer sans son consentement, une personne se trouvant dans un lieu privé ou transmettre son image (même s'il n'y a pas diffusion), si celle-ci n'était pas d'accord pour qu'on la photographie est puni d'un an d'emprisonnement et de 45 000 € d'amende.
  • conserver ou porter ou laisser porter à la connaissance du public, l'image d'une personne prise dans un lieu privé sans le consentement de celle-ci est également puni d'un an d'emprisonnement et 45 000 € d'amende.
  • publier le montage réalisé avec l'image d'une personne sans son consentement est puni d'un an emprisonnement et de 15 000 € d'amende.

 

Sanctions civiles

La personne dont l'image a été diffusée sans son autorisation peut saisir le juge civil en référé (c'est-à-dire en urgence) afin d'obtenir :

  • le retrait des photographies litigieuses,
  • l'octroi de dommages-intérêts en réparation des préjudices subis,
  • le remboursement des frais d'avocat engagés pour le procès.

 

Sanctions de la Cnil (Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés)

La victime peut saisir gratuitement et en ligne la Cnil pour contester la diffusion de son image en tant que donnée à caractère personnel par un site internet après avoir demandé sans succès l'arrêt de cette diffusion au responsable du site. La Cnil peut prononcer des sanctions (avertissement, sanctions pécuniaires, injonctions, etc).

 

Texte réalisé avec la Direction de l'information légale et administrative (service du Premier ministre)

 

 

Suivez-nous
Recevez la Newsletter
Connexion à l'intranet