L'intégration forcée subie par les Ouïghours

Cinq questions/réponses sur le drame de la minorité chinoise turcophone.
Un exemple de dessin diffusé sur Instagram pour sensibiliser à la cause des Ouïghours. (Crédit photo : @guiltynewsfr)
Les Ouïghours sont des Chinois musulmans, situés majoritairement dans la province du Xinjiang. Cette communauté turcophone représente plus de onze millions de personnes en Chine, et est aussi présente dans le monde.
Quelle est la cause du conflit ? Qui en sont les acteurs ?
Le pouvoir communiste chinois reproche aux Ouïghours de ne pas être assez « investis » dans leur société. Il souhaite qu’ils s’intègrent dans leur culture car Pékin refuse les traditions des ethnies minoritaires par peur que ces dernières forment un contre-pouvoir.
La propagande faite par le gouvernement joue avec une autre peur, celle du terrorisme, dont sont souvent taxées les minorités musulmanes par le pouvoir autoritaire. Le gouvernement se sert de cet amalgame pour légitimer leurs actes.
Quelles conséquences ?
Pékin a décidé d’éliminer la culture ouïghoure. Des « camps de rééducation » ont été créés en 2015 dans le but de les rendre plus « Chinois » en les forçant à apprendre le mandarin et à lire les textes du Parti communiste, pourtant contradictoires à leur religion.
Les femmes y sont stérilisées et violées, leurs organes font l’objet d’un trafic et la garde de leurs enfants leur est retirée. Certains médias parlent même de « génocide ».
Par quel biais ce problème est désormais connu de tous ?
Les actions pour faire changer cette situation se sont multipliées grâce aux réseaux sociaux, aux journalistes, aux rescapés ayant pris la parole et aux révélations faites par les organismes internationaux sur le sort des minorités, comme l’ONU qui souhaite intervenir.
Que peut faire la communauté internationale ?
Les États-Unis et l’Union Européenne dénoncent les agissements de Pékin. Washington a pris des mesures punitives sanctionnant onze entreprises chinoises impliquées dans l’exploitation des Ouïghours. Pékin a répondu en interdisant l’accès à son territoire à six Européens dont plusieurs élus du Parlement.
Comment la société civile peut alors contribuer à l’évolution de cette cause ?
Des comptes engagés comme « ouighours.news » publient l’évolution de la situation.
Des pétitions numériques ont amassé plus de 270 000 signatures via change.org.
Des dons permettent de soutenir la cause.
83 grandes enseignes considérées comme complices, comme H&M, sont l’objet d’un boycott.
Anaelle GASPARD,
Maryne DENNIS,
Erwann ZE EYA'AN.
Suivez-nous
Recevez la Newsletter
Connexion à l'intranet

N'utilisez pas cette fonctionnalité si vous utilisez des postes partagés

 
Mot de passe oublié
Mot de passe oublié