Journal des Lycées > Ressources documentaires > Europe > L’Allemagne a-t-elle un projet pour l’Europe ?

L’Allemagne a-t-elle un projet pour l’Europe ?

Pour la première fois depuis le début des négociations sur le Brexit, Paris et Berlin ont affiché une approche différente sur la stratégie à suivre. Emmanuel Macron était favorable à une position ferme et contre un report d’un an du délai imparti aux Britanniques. Angela Merkel, en revanche, a tout fait pour donner du temps à Theresa May.
Éviter un Brexit brutal, tel est la priorité absolue du gouvernement allemand. Pour des raisons économiques évidentes. Accélérer le processus et ne pas céder, telle est la priorité du président français, inquiet de voir son agenda de réformes pour l’Europe une nouvelle fois différé, retardé, compliqué. Comme il le fut à l’automne 2017 par les divisions politiques à Berlin.

En fait, la relation franco-allemande traverse une crise plus profonde. Sur le Brexit, sur la réforme de la zone euro, sur la dépendance énergétique de Berlin vis-à-vis de Moscou, sur les ventes d’armes… c’est la divergence qui domine. Sur le plan politique aussi, En Marche n’étant ni allié de la CDU ni du SPD. On peut reprocher à Emmanuel Macron, avec sa lettre aux Européens, de vouloir faire campagne. Mais il lance au moins des propositions pour l’UE.

Que propose Berlin ? Rien, si ce n’est la défense de ses intérêts industriels. Quand on est la puissance leader d’un espace monétaire, c’est la meilleure façon de faire le lit du populisme.

Laurent Marchand. Éditorialiste de politique étrangère à Ouest-France

Suivez-nous
Recevez la Newsletter
Connexion à l'intranet

N'utilisez pas cette fonctionnalité si vous utilisez des postes partagés

 
Mot de passe oublié
Mot de passe oublié